Électronique autoréparatrice à l'aide de métal liquide GaIn - Partie 1

24th July 2018
Posted By : Enaie Azambuja
Électronique autoréparatrice à l'aide de métal liquide GaIn - Partie 1

Cette semaine, nous discuterons de l'avenir de l'électronique autoréparatrice avec Eric Markvicka de l'Université Carnegie Mellon. Alors que j'écris ces lignes, Eric est étudiant en doctorat travaillant à sa thèse : RMatériaux robotiques robustes à base de matière molle. Eric fait partie du DLaboratoire des corps mous du Dr Carmel Majidi, se consacrant à l'électronique extensible.

Eric travail sur un métal liquide (gallium-indium) enrobé de caoutchouc de silicone qui peut s'auto-guérir - il peut en fait reconstituer le circuit s'il est endommagé. Voici une vidéo au sujet d'un circuit autoréparateur pour une horloge, réalisé avec ce matériau composite :

Circuit électrique autoréparateur (exemple d'une horloge) :

Jim : Eric, où nos lecteurs peuvent-ils trouver toutes les informations sur vos essais ?

Eric : Le composite métallique élastomère électriquement autoréparateur est décrit dans in Nature Materials. Ce travail a été réalisé en collaboration avec Michael Bartlett, professeur à l'Iowa State.

Jim : Quand j'ai regardé la vidéo avec le circuit de chronomètre, tout ce à quoi je pouvais penser, c'est la vieille scène dans les films où quelqu'un reçoit des instructions pour "couper le fil-piège". Ils coupent le fil et le chronomètre continue de tourner parce que c'était le mauvais fil à couper. Dans la vie réelle, y aurait-il des problèmes que vous pourriez imaginer avec des circuits autoréparateurs ?

Eric : Je dirais presque qu'il n'y a pas de "bon" ou de "mauvais" fil, car tous les fils se réparent instantanément d'eux-mêmes lorsqu'ils sont endommagés. Comme nous le montrons dans la vidéo, nous n'avons pas pu arrêter le chronomètre, ce qui pourrait faire de nous les méchants dans cette situation.

Toutefois, la capacité de résister à des dommages extrêmes pourrait procurer de nombreux avantages environnementaux en permettant aux appareils électroniques d'être réutilisables après un dommage.

Cela pourrait également fournir une méthode pour créer des dispositifs avec une fiabilité et une sécurité accrues dans des applications telles que la télé-opération, la robotique autonome in situ ou les implants médicaux où la réparation in situ est difficile, voire impossible.

J'ai hâte d'en savoir plus sur la façon dont cela fonctionne ! Revenez demain pour en savoir plus sur le matériel qui rend tout cela possible.


Connectez-vous afin de laisser un commentaire

Laissez un commentaire

Aucun commentaire




Sign up to view our publications

Sign up

Sign up to view our downloads

Sign up

RF & Microwave 2019
20th March 2019
France Paris Expo, Porte de Versailles